Fanny aux Bars

La CMCAS de Bayonne
se pose bon nombre de questions…
Comment faire du livre un élément intégré à toute activité, réflexion, manifestation ?
Démocratisation de la culture ou démocratie culturelle ?
Soutien à la création et nouvelles technologies ?
Français, basque, gascon, espagnol, le livre témoin des diversités ?
De l’émancipation mentale à l’indépendance intellectuelle ?
Quel est le poids du politico-administratif sur une politique de la lecture/écriture ?
Le livre est-il un « produit » comme un autre ?
Photocopillage, propriété intellectuelle, droit d’auteur, à qui profite le crime ?
Qu’est-ce qu’un auteur ?
En ce qui concerne la lecture/écriture, est-ce que les formes ont un effet sur le sens ?
L’utilisation des nouvelles technologies engendre-t-elle un nouvel illétrisme ?
Le dire, l’écrire et l’agir : pratiques du récit et récits des pratiques ?
Les glissements sémantiques, le lien social et la construction du langage ?
Evidemment que nous n’avons pas de réponses… mais on cherche, on tente, on essaie.
Cette deuxième « nouvelle sociale » a été, est et continue à être pour nous un formidable outil pour permettre aux agents des IEG et à leurs familles d’accéder à des espaces d’imaginaire et aussi d’ouvrir des questionnements.
« La lumière est dans le livre. Ouvrez-le tout grand, laissez-le rayonner, laissez-le faire» Victor Hugo  
Extrait                                                                                                                                                                                              
Toulon, samedi 27 octobre 2012.
… Il est presque vingt heures trente, Sylvain, encore sous le choc, a du mal à quitter l’esplanade du stade Mayol. Huit essais transformés et une pénalité, cinquante-neuf à zéro, l’humiliation totale. À une portée de flèche de la rade de Toulon, l’Aviron Bayonnais a pris l’eau, il a sombré, corps et biens. Sonné, Sylvain déambule dans les rues qui bordent l’enceinte sportive, quand une grosse berline allemande pile trois mètres plus loin. Deux hommes sortent du véhicule et se précipitent vers lui. Avant qu’il ait le temps de comprendre, il se retrouve assis entre les deux gorilles sur la banquette arrière de la voiture qui démarre en trombe. C’est quand il se retourne pour lui parler que Sylvain reconnait vaguement le type assis sur le siège passager.
— T’allais partir sans nous dire au revoir ?
— Hey ho ! C’est quoi ce bordel ? demande Sylvain
— Ben alors mon coco, t’as oublié ton rendez-vous avec Tony ? J’imagine que t’as pas la somme sur toi ? …
Si vous voulez lire la suite, il suffit de nous contacter et nous vous enverrons les exemplaires demandés :

Author: La rédaction

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.