Les PARLE à Contre Courant le 14 juillet 2017

images

18h00   IKCHE WISHASHA-L’HOMME NOUVEAU   Cie Pernette (Besançon)

IKCHE WISHASHA

J’ai vu à 18 heures un mouvement qui s’est déshabillé presque. Les tatouages de la danseuse avaient été marqués sur sa peau au XIXème siècle. Sûrement vers le milieu du siècle, l’encre bleue parlait du capitalisme ancré à toutes les chairs et des résistances russes ou chinoises dont les vêtements quittaient le corps. La musique de plus en plus envahissante, les rêves et les mots, le goût de la liberté sur les lèvres. On peut la revoir quand ? On peut jouer avec elle ? On peut reprendre le fil de l’histoire ?                                                                                           Gilbert CONIL

 

 

contre courant 2017-3

19h00   Visite inaugurale de l’exposition « vivent les colos » qui retrace une belle histoire d’éducation populaire et qui confirme que les jeunes actuellement nous apportent beaucoup quand on leur laisse la possibilité de lâcher leur écran.   Pascale Bérodias

 

 

contre courant 2017-49

 

contre courant 2017-7

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Discours d’inauguration de Contre-Courant par Pascale Bérodias, la Présidente de la CMAS Avignon

« L’an dernier je parlais d’espérance » la veille du terrible attentat de Nice, et depuis plus de migrants sur les routes, de nombreux morts noyés, pour ne pas rendre tout cela banal, je préfère retourner à la poésie avec les vers de cette poétesse syrienne Maram Al-Masri :

contre courant 2017-13

L’avez-vous vu ?
Il portait son enfant dans ses bras
Et il avançait d’un pas magistral
La tête haute le dos droit.
Comme l’enfant aurait été heureux et fier
D’être ainsi porté dans les bras de son père
Si seulement il avait été vivant. »

«  Elle va nue la liberté,

Sur les montagnes de Syrie

Dans les camps de réfugiés.
Ses pieds s’enfoncent dans la boue

Et ses mains se gercent de froid et de souffrance

Mais elle avance.
Elle passe avec

Ses enfants accrochés à ses bras.
Ils tombent sur son chemin.
Elle pleure

Mais elle avance.
On brise ses pieds

Mais elle avance

On coupe sa gorge

Mais elle continue de chanter. »

  • Maram Al Masri

 

-Il n’y a rien de futile dans ce qu’on fait ici, c’est une forme de résistance, ces rencontres culturelles, ces échanges, ces débats entre nous dans toute leur diversité sont notre richesse.

On va dans le sens de l’intérêt général, l’idée est de faire évoluer notre point de vue car on ne sort jamais indemne d’un spectacle.»

Même ton de voix de Noémie Becquel, vice présidente de la CCAS, qui a su aussi communiquer son militantisme pour les droits des citoyens, particulièrement des femmes..

« On ne nait pas syndicaliste, on le devient

On ne nait pas féministe, on le devient car quand les droits de femmes avancent, la société avance. »

Un grand merci à été offert à ceux qui ont contribué à cette nouvelle aventure, Contre-Courant 2017,

Christophe Van Houtteelu en charge de l’évènement, Marion Rousseau, la nouvelle programmatrice, Aurélia Migliacio, la chef de projet, les artistes, les bénévoles, les techniciens et les élus, présents sur le terrain

 

20h00

Apéritif animé en musique avec Courir les rues & sa Band, neuf musiciens avec du cuivrecontre courant 2017-30

22h00 Pas si traditionnel bal du 14 juillet avec la Cie Pernette (Besançon)

contre courant 2017-32

Grâce à l’aboyeuse de chez Hermès, la pelouse est pleine d’un public enthousiaste qui réussit dans la joie une chorégraphie digne de professionnels.

 

Billet d’humeur Contre-Courant

Après le passage à la librairie Diderot. Si « le théâtre c’est un homme debout et qui parle », le travail s’est aussi être droit, mais dans sa tête et face à ce qui s’oppose à nous. C’est le « nous » l’important, la différence, la nature humaine. Le travail s’est un « nous » trop souvent réduit au « je ». Il faudra se tendre la main, s’en tenir à ce qui émerge. Avec les mêmes jeux, les mêmes fiertés, et des espoirs au bout des yeux. C’est la nuit noire qui m’arrête, pas les rêves.

Gilbert CONIL

 

Dans le OFF ce que le PARLE a recueilli

Les déclinaisons de la Navarre   à la Manufacture à 10h20UnknownOn a aimé ce spectacle de Danse, pas pour les enfants, drôle, bête, un bon moment !

Est-ce que vous pouvez laisser la porte ouverte en sortant ? À la Manufacture à 14h55

Il faut savoirprofiter de chaque instant de la vie, pièce sur la maladie d’Alzheimer traitée sur le ton de l’humour.

Provisoire(s) de Mélanie Charvy             Cabestan à 15h15

fullsizeoutput_21d2-640x427

D’actualités ! Tirée de rencontres d’intervenants de France terre d’asile. Apporte un autre regard sur l’immigration avec une mise en scène qu’on a apprécié même si le sujet est triste. On en apprend plus sur l’engagement des travailleurs sociaux.

 

 

 

 

Au bout du monde de Daniel Mesguish     au Chêne Noir à 12h15

spectacle_19356

Mesguish en fait presque trop avec cette pièce à plusieurs niveaux de langues. Il se met en lumière en sachant tout sur tout, un peu déçue !

Author: deciseg

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.